Wamja’s House

Just another weblog ?

communautarisme et cie décembre 13, 2009

Je devrais être en train de dormir mais j’ai voulu faire un petit post d’intro à mon prochain post, la review d’un livre que j’ai beaucoup aimé. Donc je voulais parler du racisme et ça à dérivé vers le communautarisme.

Quand on est noir et que l’on s’intéresse à la pop culture asiatique (j’évite de dire la culture, parce que la culture asiatique est tellement riche et diverse que je ne peux pas dire si j’en connaît un dixième) on vit une situation compliquée.

D’un côté on a les potes et la famille qui nous demandent « Pourquoi, tu n’es pas fière de ta propre culture ? » et de l’autre côté on est confronté au « asiancrewisme » ou communautarisme des asiatiques. Je ne suis pas une spécialiste de l’immigration asiatique de part le monde, donc je parle uniquement pour mon chez moi, la Martinique. D’après ce que je sais et que je vois les personnes d’origine asiatiques que l’on retrouve en Martinique viennent majoritairement de Chine, après il y a quelques originaires du Vietnam ou du Japon et certainement du Laos (je ne suis pas certaine pour ce dernier point, donc si je parle de chinois ne vous vexé pas. D’ailleurs les non-chinois que j’ai pu croiser s’intègrent bien, peut être parce que leur communauté est pas nombreuse.

Etrangement d’après ce que je sais l’ancienne génération s’intégrait bien mieux à la population, certains on fait des mariages mixtes, d’autre mêmes s’ils ne vont pas jusqu’au mariage s’intègrent bien à la population. Mais les plus jeunes sont plus renfermés ils restent entre eux, vont chercher leurs femmes en Asie. Entre parenthèse, ça vaut pour tout les immigrant en tout pays, c’est fou quand même le « je veux que l’on m’accepte mais je vais chercher une femme traditionnelle dans MON pays ». Les couples mixtes se font vraiment rares de nos jours, tellement que de ma vie je n’ai jamais vu un jeune avec un ou une chinoise, parmis les plus anciens je le vois, mais pas chez le jeunes.

J’arrive à comprendre que l’on cherche la compagnie de personnes qui nous ressemblent quand on arrive dans un nouveau pays, mais au bout d’un moment il faut se diversifier sinon ça devient suspect. Je dis suspect parce qu’on en vient à se demander s’il n’y a pas du racisme là dessous. Je ne généralise pas, loin de là, il y a toujours des gens plus ouvert que d’autres.

Dans ma famille on me jette souvent ce racisme à la figure « tu les aimes mais eux ils ne t’aiment pas » (ça serait presque suivi d’un nanananèreuh -_-) mais je le vois souvent dans la vie de tout les jours.

Les enfants sont un bon exemple sur lequel s’appuyer parce que les enfants ne voient pas les couleurs, ou plutôt il ne distinguent pas les « races » et des petits asiatiques qui jouent avec leur copains noirs ou blanc j’en vois plein à la sortie des classes mais bizarrement ça s’estompe souvent à partir d’un certain âge. Alors il ne s’agit peut être pas de racisme mais d’une réaction au racisme…

Ce pose n’est pas raciste ou xénophobe il rend juste compte d’une réalité qui me laisse perplexe. Juste une question « Pourquoi ? » Pourquoi mettre ce mur entre nous ? Il y des gens qui ne demandent qu’à vous connaître.

Dernièrement je me suis pris  un vent monumental en essayant d’engager la conversation sur Jay Chou dans un bazar chinois T_T (bah oui ils passaient un cd de Jay Chou je me suis dit tient ça peut être pas mal pour engager la conversation bin non ma fille) c’est peut être pour ça que ce  sujet m’est venu…

J’adore cette image, elle est marante etelle illustre bien ma situation XD

Sur ce, je vous laisse, toutes les réponses sont les bienvenues. Je vais essayer de poster ma review dans la semaine, le livre en question traite des relations entre noirs et asiatiques, mais sous un angle totalement different.

Bye Bye

Publicités
 

La reine du curry octobre 12, 2009

Filed under: Mes petites pensées — anarielle @ 1:53
Tags: , , ,

Salut à tous

Je suis assez contente de moi car aujourd’hui j’ai réussi à faire un « presque curry » de poulpe mangeable (les petites joies du quotidien). A la base je n’aime pas tout ce qui est gluant ou a été gluant, le poulpe est un bon exemple, mais il y a aussi les escargot, le lambis, ou les kiwis. Je n’ai aimé le poulpe qu’une fois dans ma vie, on m’en avait servi par erreur dans un resto chinois, j’ai goûté et c’était pas mal. Depuis j’essaie de trouvé une façon de le cuisiner, le »presque curry » est une bonne alternative. Par « presque curry » j’entend un curry  de fond de placard, ou le curry du pauvre, sans citronnelle, sans coriandre, sans persil asiatique, sans combava (citron doux), sans pulpe de tamarin (ça j’en avais mais je déteste ça) avec une juste la pincée de cumin et la goûte de nuoc nam qu’il me restait dans le fond de mon placard.

HPIM0667

Le problème du curry c’est que ça ressemble un peu beaucoup à du vomit, mais c’est délicieux. J’adore cuisiner et cette petite victoire sur l’horrible poulpe (que j’avais déjà essayé de cuisiné plusieurs fois sans succès) me met  de bonne humeur et j’ai eu envie de partager. Quand je me suis lancée je pensais qu’il me restait de la pâte de curry maison au frigo mais plus rien, et je n’avais pas non plus tout ce qu’il faut pour en refaire,donc j’ai improvisé un truc rapide avec ce que j’avais sous la main.

1/2 sachet de tentacules de poulpe découpées (faut pas déconner j’aillais pas acheter le truc entier tout gluant, dont ont doit découper la tête en plus)

1 bouchon en liège.

1 jus de citron vert

La presque pâte de curry

1 oignon

2 gousses d’ail

1,5 cuillère à café de curry

1 cuillère à café de « mélange 5 baies » (rien de cher, j’ai trouvé ça au Leader Price du coin) ou de graines de coriandre

1 morceau de gingembre d’environ 3 cm

De l’oignon vert

1 pincée de cumin

2 ou 3 cuillères à café de piment en poudre

3 piments doux (qui ne piquent pas)

1 zeste de citron vert

1 boîte de lait de coco

1,5 cuillère à café de persil + du 1,5 de »gros thym » (c’est le thym martiniquais, je ne sais même pas si c’est vraiment du thym, parce que ça n’a un peu rien à voir avec du thym) Je pense qu’un mélange persil coriandre irait très bien)

HPIM0668Gros thym de mon jardin

La pulpe d’un tamarin ou un jus d’1 citron vert

1 cuillère à café de nuoc nam

Du sel

Mettre les tentacules décongelées dans un sac plastique et les battre avec un rouleau à pâtisserie ou un maillet, les retirer et verser le jus de citron dessus.

Mettre un peu d’huile dans une cocotte minute et y mettre le poulpe quand elle est chaude, remuer et rajouter un verre et demi d’eau et le bouchon de lège. Fermer la cocotte et laisser tourner 10 à 15 minutes.

Pour le curry normalement on mixe ou on pile toutes les épices et les herbes aromatiques et mais j’ai fait au plus simple (j’ai des problèmes avec mon mixeur), j’ai tout haché menu.

Quand le poulpe est cuit, mettre de l’huile dans un wok (huile de sésame pour moi) Quand le wok commence à fumer, y jeter la « pâte de curry » et faire revenir en remuant. Quand l’oignon est devenu  translucide verser la sauce Nuoc Nam dessus, laisser revenir encore moins d’une minute et rajouter le lait de coco. Laisser réduire pendant 5 minutes et rajouter le poulpe et le jus de citron. Couvrir et laisser cuire pendant environ  8 minutes.

A déguster avec du riz blanc

Le bouchon de liège est une astuce pour que le poulpe ne devienne pas caoutchouteux, on peu rajouter une feuille de papayer à la place mais tout le monde n’a pas forcement ça à portée de main. Je ne suis pas certaine que ça fasse une grande différence, le poulpe c’est comme la viande, quand c’est trop vieux c’est dur, et un poulpe ça peu vivre longtemps…

Vous pouvez mettre plus de poulpe dans ce curry mais il aura moins de sauce.

Il y a différente sorte de pâte de curry thaïlandaise, la jaune, la rouge et la verte et elles ne contiennent pas toutes du curry. On peut en acheter des toute prête en épicerie asiatique ou en grande surface, mais j’ai remarqué que la pâte de curry faîte maison est toujours meilleure, même si on n’a pas tout les ingrédients.

La pâte de crevette c’est des crevettes séchées, évitez d’en faire vous même (gare aux intoxications) on peut  s’en passer.

La recette classique du curry vert est la suivante

  • 1 cuillère à soupe d’ail haché
  • 1 cuillère à soupe de galanga râpé (une sorte de gingembre doux)
  • 1 cuillère à soupe de persil haché
  • 1 cuillère à soupe de coriandre
  • 1 cuillère à soupe de basilic thaï haché
  • 1 cuillère à soupe de cumin
  • 1 piment vert haché
  • 1 cuillère à café de citronnelle hachée
  • 2 cuillères à café de sauce nuoc-nam
  • 1 cuillère à café de pâte de crevettes
  • zeste râpé d’un un combava
  • de la pulpe de tamarin
  • 20 cl de lait de coco

Voilà, voilà, c’est la première fois que je poste une recette si vous en voulez d’autres je peux en poster de nouvelles, j’ai une préfèrence pour les desserts, le sucre est ma drogue ^^ Aucune de mes recettes n’est la recette classique, je rajoute des tucs que j’ai chez moi, mes temps de cuisson sont souvent plus longs, et je met du piment partout et généralement plus d’épices (la petite touche antillaise)

 

You don’t haffi dread… septembre 9, 2009

j’avais prévu de poster sur une sitcom américaine mais j’ai préféré réagir sur un fait divers qui fait débat en Martinique et notamment chez moi où ça a chauffé autour du JT du soir ^^.
Sujet du jour : un proviseur à interdit l’accès de son lycée à tout élève portant des dreadlocks et à tout garçon portant des boucles d’oreilles. La communauté rasta à donc réagit en manifestant aujourd’hui devant le dit lycée. Le proviseur accepte finalement les locks (dreadlocks) sous condition d’aménagement de la coiffure -_-; « Aménagement de coiffure » c’est pas mal comme expression. Un jeune rasta qui avait été filmé alors qu’on lui refusait l’accès au lycée avait les cheveux attachés en queue de cheval, c’est déjà un aménagement en soit non ? Moi à sa place je reviendrais avec les cheveux enrolé dans le fameux foulard rouge vert jaune avec un lion dessuss (emblême suprême des rastas) XD

La réaction de mes parents était prévisible : « Il a bien raison, ces rastas, tous des voyous en plus, les locks ça fait sale »

Moi forcement je réagis, je m’énerve ect… Comme toujours l’étroitesse d’esprit des gens me sidère, et m’agace, même si l’ont n’est pas soit même rasta sympathisant ou pro-locks on peut quand même éviter de cracher sur les gens comme ça.

J’ai un peu réfléchi sur le sujet aujourd’hui : Ayant subit l’éducation chrétienne extra conservatrice de mes parents, je me souviens que qund j’avais 3 ou 4 ans j’étais effrayée par ces gens aux longs cheveux emmêlés, mes parents me disaient qu’ils étaient tous des voleurs et qu’ils étaient sales, alors forcement… Plus tard à l’école primaire j’ai eut une copine rasta et elle ne m’avait pas l’air sale du tout, je me souviens d’ailleurs avoir discrètement reniflé ses cheveux (les enfants je vous jure) après j’ai demandé comment on faisait ça, qu’est ce qu’on mettait dedans pour que ça tienne, et est-ce qu’il fallait souvent les laver (j’ai toujours été fouineuse sur les bords) et elle m’avait gentiment répondu que sa maman s’en occupait, qu’il fallait bien en prendre soin, qu’elle ne mettait que des produits naturels et qu’elle se lavait les cheveux comme tout le monde (sa mère vend d’ailleurs d’excellent soins faits maisons pour la peau et les cheveux) Après coup je me suis dit qua ça devait être chiant que les gens te posent des questions comme ça. Mais au moins après ça, ma peur des rastas s’est envolée, cette fille était très gentille, très calme, je me rappelle d’ailleurs qu’elle avait d’excellente notes.

Quelques années plus tard je l’ai croisé alors qu’elle se faisait draguer par des voyous qui avaient l’air de penser que parce qu’elle était rasta elle était comme eux. Et c’est là le noeud du problème, les rastas sont assimilé à des voyous, par la société et par les voyous eux mêmes.

Personnellement je vois plusieurs raisons à cela (mon développement est un peu long) Je précise avant de commencer que le rastafarisme vient de Jamaïque même s’il a des racines ethiopienne. Hailé Selassié est leur messie/Jah (pour plus de détail voir Wikipedia) et je suis en total désaccord avec cette philosophie qui prétends qu’il y aurait un dieu pour les blancs et un Dieu pour les noirs, pour moi il n’y a qu’un seul Dieu peu importe comment on l’appelle. Mais tout ça ne m’empêche pas d’avoir un avis objectif sur les rastas en Martinique…je crois.

Premièrement, dans 99,9% des cas les rastas fument de la marijuana, c’est tout simplement dans leur principes religieux, mais ça fait désordre. De plus les premiers rastas vivaient dans les bois, (certains y vivent toujours pour être plus proche de la nature) et d’après ce que j’ai compris ils ne se gênaient pas pour cueillir des fruits même si l’arbre appartenait à quelqu’un (c’est pas bien grave selon moi, mais ça a marqué les anciens comme mes parents qui ont eu du mal à comprendre que les gens qui faisaient ça considéraient que c’était un produit de la nature et que ça appartenait donc à tout le monde). Tout ça additionné à une coiffure peu conventionnelle les a rapidement marginalisé.

Puis est venu le reggae, une « musique de drogués », qui a malheureusement dérivé vers le reggae dancehall puis vers le raggamuffin, « musique de drogués sauvages ».
Pour vous donner une idée, ici les anciens voient le ragga comme les anciens voient le punk rock en Europe, d’ailleurs étymologiquement ça y ressemble vu que ça veut dire « hardes de bon à riens » ^^.
Plus jeune j’ai eu mon époque ragga mais comme le zouk ça m’est passé, j’ai fini par être lassée par la bêtise des textes. Le type de raggamuffin le plus populaire en Martinique ne parle principalement que de cul, de violence et de drogue, même s’il existe des artistes engagés ou plus romantiques. Je n’ai rien contre la musique en elle même, j’en ai écouté et j’en écoute quelque fois, mais je suis contre les messages que la majorité des toasteurs véhiculent par elle.

Après l’apparition du ragga et du rap, je ne sais pas comment il y a eu comme une expansion de la culture du ghetto, tout le monde veut faire ghetto, même si t’es un petit bourgeois tu veux faire ghetto, tu marche comme si tu avais une jambe de bois, tu parles en argot, tu t’énerves facilement… c’est la mode faut faire comme ça sinon tu fais chichiman ou macoumè (comprenez homo). Et c’est de pire en pire, il y a trois semaine j’ai failli me faire agressé par un gamin de 15ans parce que…j’ai pas bien compris en fait, je crois que je ne me suis pas poussé assez rapidement pour lui faire place à lui et les trois tonnes de chaînes en or qu’il portait au cou. Je fais la fière maintenant mais j’ai eu la peur de ma vie « Tuée par un mineur parce qu’elle bloquait le passage » cay pas très classe.

seanpaul1Un bourge qui fait du ragga et qui se la joue ghetto (ceci dit je l’aime bien)

Revenons à mon développement : Les jeunes voyous très friands de ragga (pour le côté violence, sexe drogue et « rock’n’roll ») ont commencé à porter les coiffures de leurs artistes préférés (jamaïcains et se disant rastas) c’est à dire des locks, des nattes et des tresses (ce que Sean Paul porte sur la photo), ce qui a rendu la société encore plus méfiante vis à vis des rastas et autres tréssés.

Pour ne rien arranger les voyous ou aspirants voyous ont commencés à se percer les oreilles et le nez, et à porter des tonnes de bijoux en or, parce que quand t’es mafia, t’as de l’argent (peu importe ce que tu fais pour en avoir) et tu peux t’acheter des bijoux pour montrer aux autres que tu en a.
C’est assez ironique de voir comme certains n’aiment pas les garçons à bijoux parce que ça fait homo et d’autres qui n’aiment pas pas parce que ça fait voyous.


Un petit exemple de ragga de chez moi avec des mecs de chez moi, j’en suis tellement fière… C’est en créole et j’ai pas vraiment envie de traduire, en gros c’est un hymne à la violence (ça commence par « Des gens vont mouriiiir ! » ça se poursuit avec des histoire de machette, de tête qui vont tomber ect…). Ce clip, tourné avec de vrais armes à ce qu’il parait, brille par son intelligence, et son engagement envers la jeunesse, j’apprécie particulièrement le passage où on voit un enfant tenir une arme à feu. J’ai vu ce clip pour la première fois chez un ami fan de ragga qui ne comprend pas toujours pas pourquoi ça me faisait honte quand il me déposait à l’arrêt de bus avec ce genre de musique à fond -_-

Ca c’est l’historique du truc, mais si on en vient à nos jours, les locks, nattes, tresses et boucles d’oreilles sont un phénomène de mode, les gars veulent toujours faire ghetto, ou « mafia » comme ils disent  avec leur coiffure. (je trouve ça ridicule comme expression), et les le diams à l’oreille ou au nez c’est juste stylé.
De nos jours il existe même des salons de coiffure spécialisés en locks et cheveux naturels qui propose de locker les cheveux et un entretien des locks qui donne un aspect plus « propre » et qui propose même des fausses locks que l’on peut garder jusqu’à un an (ça m’intéresse assez d’ailleurs mais ça doit coûter une fortune).

Miss Jamaïque 2007

De plus ces coiffures sont aussi un moyens de s’affirmer pour certains car on retrouve les locks/nattes un peu partout en Afrique ancienne et contemporaine, notamment en Egypte où les pharaon et leur faille en portaient. D’après ce que je sais on retrouve aussi des locks en Inde chez les ascètes et certains pratiquant du Bâul. Wikipedia dit d’autres chose mais l’article me semble fantaisiste.

C’est l’occasion ou jamais de vous faire découvrir le Bâul  qui fait parti de la tradition musicale bengali (Inde) pratiqué par une communauté de chanteurs itinérant. Voici une photo de Parvathy Bâul et un lien vers une vidéo où elle chante, c’est vraiment très profond comme musique.

Tout ça pour dire que les locks ne font pas le rasta, je ne crois pas que le rastafarisme prône la violence et assimiler les rastas à des voyous à cause de leur coiffure est injuste. En plus avec un peu de bonne volonté on arrive facilement à différencier un voyou, d’un rasta ou encore d’une victime de la mode.
Le proviseur pourra toujours se draper dans la laïcité pour se défendre puisque l’on a interdit tout signe religieux ostentatoire dans les établissements public..mais le rastafarisme n’est pas vraiment une religion alors ça revient à de la discrimination dans un établissement scolaire public et ça c’est très grave.

Voilà Voilà encore un article qui parle de cheveux, c’est quand même étrange comment chez nous le rapport aux cheveux est conflictuel.
Je vous laisse avec une touche musicale roots, You don’t Haffi Dread (To Be Rasta) de Morgan Heritage ne cherchez pas « haffi » dans un dico anglais, c’est du jamaïcain, j’ai traduit ça par Les dreadlocks ne font pas le rasta.

 

Grève mars 12, 2009

Filed under: Mes petites pensées — anarielle @ 1:15
Tags: , ,

773148Un petit point sur la grève après les commentaires plus que désagréables d’une martiniquaise de ma connaissance qui se croit plus française que les français après avoir avoir passé cinq mois à Paris. « A non mais franchement la Martinique hein les gens demande toujours des aides ça commence à bien faire » « Il y a eut des émeutes ? c’est trop chelou, franchement je préfère la France hein » -_-; Et les émeutes dans les banlieues, et les bandes qui saccageaient les quartiers riches ? C’était en Ouzbékistan peut être ? Ici au moins les gens n’ont cassé que des franchises de grandes entreprises très riches. En Martinique on casse intelligemment (je crois). Ca m’énerve ces petits blacks qui font comme ci la France c’était l’Eldorado, et qui oublient bien vite qui ils sont > < les conflits sociaux, la violence et la misère en métropole ça n’existe pas voyons…. pff

(more…)

 

N’y a t-il que le zouk dans la vie ? novembre 21, 2008

N’y a t-il que le zouk dans la vie ?

Question quasi existentielle pour l’antillais qui commencerait a devenir sourd après des années à se faire agresser les oreilles par nos starlettes locales. (Attention il y a aussi d’excellentes chanteuses et chanteurs, de zouk comme Sonia Dersion par exemple)
Mais c’est vrai que dans cet océan de voix suraiguës, d’étranglement sur des notes un peu trop hautes, de lyrics qui se suivent, s’enchaînent à la pelle mais mais qui se ressemblent insipidement, il existent des îlots de talents qui surgissent comme ça et qui rappellent que le zouk n’est pas notre seul médicament (Kassav) et que n’est pas artiste qui veut.

Mon îlot de talent du moment c’est Mike Ibrahim,

item
C’est un charment chanteur, auteur compositeur, guitariste de 33 ans aux origines malgache et comorienne, africaine et bretonne (rien que ça), né à Paris mais qui a grandit en Martinique et y a étudié l’histoire et la littérature en langue créole à l’université des Antilles et de la Guyane.
En 2006 il sort un premier album en créole Ninaroz, qui a obtenu un succès plutôt discret, tellement discret que je n’en n’ai entendu parlé que 2 ans plus tard. En même temps c’est vrai que je ne suis peut être pas la plus aucourant de l’actualité musicale martiniquaise j’entends tellment de trucs qui m’agacent que zappe pratiquement tout depuis un moment.
L’histoire de ma « découverte » est plutôt simple, alors que je m’ennuyais ferme un soir de vacance, je suis tombée sur l’émission musicale On la rejoue en acoustique à la TV (une des rares émissions musicales antillaises que j’aime… la seule en fait). Le principe un chanteur comme invité qui raconte ses influences et son point de vue sur la musique et qui nous interprète des chansons en acoustique sans artifice. Résultat ? une émission de qualité sans petite starlette et autres « kareur » (créolisme = frimeurs). Et ce soir là ça a été le coup de foudre, je découvre un gars charmant (carrément sexy disons le), calme et posé, à la voix velouté et au talent certain.
Alors je décide de me renseigner, car le piège de cette émission c’est justement l’ambiance acoustique, car quelque fois on est déçu d’apprendre que l’artiste est très loin de se la jouer en acoustique sur ses albums. Pour le coup je n’ai pas été déçue du tout ^^ Sa musique est calme et feutrée, métisse dans le vrai sens du terme, car on ne peut pas la classer dans un style précis, l’ambiance Jazzy et la guitare sèche sont récurrents, on se rapproche du zouk et de la musique antillaise en général, pour mieux s’en éloigner et se diriger vers la soul, on détecte souvent des accents folk, reggae ect… Sa musique peut être romantique mais elle peut être aussi engagée, elle parle du pays, de solidarité, de notre condition, de la vie.

4795

J’aime ce qu’il a répondu à un journaliste « Chanter en créole ce n’est pas faire du zouk(…) Mon souci, c’est de proposer des choses différentes au public, de lui présenter une musique sincère (…)Je ne veux pas parler du zouk en soi, parce que pour moi, il s’agit déjà d’une musique hybride. »  (la suite sur Grioo.com)


Ninaroz son premier clip tourné…en Chine je ne me trompe pas ? Son premier clip est tourné en Asie…comment ne pas l’aimer

Sa collaboration avec Nhojj sur Spring Rain, est magnifique, quand je l’ai téléchargé (légalement) je l’ai écouté en boucle et ce soir je l’écoute encore en boucle depuis une demi heure et ça m’a donné envie de vous parler de ce chanteur encore méconnu.

Mais ça va changer, on va le connaître, c’est obligé, j’en suis certaine XD Il a signer chez Polydor pour ses trois prochains albums et il ne me parait pas du genre à passer inaperçu ou à produire juste un tube pour l’été. J’ai fais un tour sur son Myspace où quelques démos sont dispos. Les paroles sont en français, loin d’être mielleuses, elles ne l’enferment pas dans l’image de l’Antillais-Sex symbole, « oui je me suis mis à ta place, et on s’y sent on s’y sent à l’étroit, le fil de mes mots s’arrête et se casse, s’était une seconde de trop, une seconde de trop dans ta peau (…) sur cet cet épiderme ou rien ne s’efface, on y danse on danse à l’étroit, le fil de tes mots s’arrête et se glace si tu passes une seconde de trop dans ma peau »

J’aime, j’aime, j’aime, j’aime beaucoup (s’excite toute seule)

item-1
Petit live de la petite perle Spring Rain en duo avec Nhojj

Lanmè pa lwen (La mer n’est pas loin)

Punaise je lui ai consacré 4 bonnes heures, je vais être cadavre demain (on est déjà demain en fait -_-; )mais il FALLAIT que je le publie aujourd’hui. Je suis retournée à un layout plus dark parce que décidement c’est ce qui me va le mieux et j’ai bricolé rapidement une bannière pour aller avec (je vais essayer d’en changer assez souvent). Bon sur ce je vais m’accorder… 3 heures de sommeil (2h45 en comptant la douche).

Bonne nuit ou bonjour à toi cher visiteur.

N.B: A part Spring Rain, toutes les vidéos sont en créole et les rythme caribéens sont très présents, si vous préférez un style plus folk (et plus en langue française) faites un tour sur son Myspace