Wamja’s House

Just another weblog ?

Blasians depuis des millénaires février 27, 2010

Blasian : contraction des mots black et asian, désigne le métis noir/asiatique aux USA

Salut salut me voilà de retour avec une connexion internet qui ne plante pas tout le temps ! La connexion a mis du temps a arriver et quand elle est arrivé j’en ai profité pour m’avancer dans mon travail (j’ai la désagréable impression de n’avoir pas avancé pourtant).

J’ai plusieurs choses à dire mais je vais faire une chose à la fois, ce post sera celui que j’avais promis il y à un mois de cela, mon avis sur un livre étonnant. Je vais essayer de taper tout ça alors que je me fait harcelée par les moustiques, ils nous ont envahis depuis deux semaines et c’est insupportable >< Aucun insecticide, aucune bougies ou lotion répulsive ne semble marcher. J’ai l’impression que tout ces trucs nous empoisonnent plus qu’eux, et tout ce que cette satanée bougie a faillit faire c’est foutre le feu à la maison en brûlant un magnifique drap T_T (bon d’accord c’est moi qui aie faillit foutre le feu à la maison en laissant tomber le drap sur la bougie)

Mais revenons au livre
Déjà il faut dire qu’il ne s’agit pas d’un roman mais d’un livre plutôt scientifique, mais le sujet est loin d’être rébarbatif et est en totale adéquation avec ce blog : un blog fait par une femme noire et ayant pour sujet principal la Corée du Sud ^^.

Titre : Histoire millénaire des Africains en Asie
Auteur : Runoko Rashidi
Editions Monde Global
Collection : essai/histoire des diasporas

(more…)

Publicités
 

You don’t haffi dread… septembre 9, 2009

j’avais prévu de poster sur une sitcom américaine mais j’ai préféré réagir sur un fait divers qui fait débat en Martinique et notamment chez moi où ça a chauffé autour du JT du soir ^^.
Sujet du jour : un proviseur à interdit l’accès de son lycée à tout élève portant des dreadlocks et à tout garçon portant des boucles d’oreilles. La communauté rasta à donc réagit en manifestant aujourd’hui devant le dit lycée. Le proviseur accepte finalement les locks (dreadlocks) sous condition d’aménagement de la coiffure -_-; « Aménagement de coiffure » c’est pas mal comme expression. Un jeune rasta qui avait été filmé alors qu’on lui refusait l’accès au lycée avait les cheveux attachés en queue de cheval, c’est déjà un aménagement en soit non ? Moi à sa place je reviendrais avec les cheveux enrolé dans le fameux foulard rouge vert jaune avec un lion dessuss (emblême suprême des rastas) XD

La réaction de mes parents était prévisible : « Il a bien raison, ces rastas, tous des voyous en plus, les locks ça fait sale »

Moi forcement je réagis, je m’énerve ect… Comme toujours l’étroitesse d’esprit des gens me sidère, et m’agace, même si l’ont n’est pas soit même rasta sympathisant ou pro-locks on peut quand même éviter de cracher sur les gens comme ça.

J’ai un peu réfléchi sur le sujet aujourd’hui : Ayant subit l’éducation chrétienne extra conservatrice de mes parents, je me souviens que qund j’avais 3 ou 4 ans j’étais effrayée par ces gens aux longs cheveux emmêlés, mes parents me disaient qu’ils étaient tous des voleurs et qu’ils étaient sales, alors forcement… Plus tard à l’école primaire j’ai eut une copine rasta et elle ne m’avait pas l’air sale du tout, je me souviens d’ailleurs avoir discrètement reniflé ses cheveux (les enfants je vous jure) après j’ai demandé comment on faisait ça, qu’est ce qu’on mettait dedans pour que ça tienne, et est-ce qu’il fallait souvent les laver (j’ai toujours été fouineuse sur les bords) et elle m’avait gentiment répondu que sa maman s’en occupait, qu’il fallait bien en prendre soin, qu’elle ne mettait que des produits naturels et qu’elle se lavait les cheveux comme tout le monde (sa mère vend d’ailleurs d’excellent soins faits maisons pour la peau et les cheveux) Après coup je me suis dit qua ça devait être chiant que les gens te posent des questions comme ça. Mais au moins après ça, ma peur des rastas s’est envolée, cette fille était très gentille, très calme, je me rappelle d’ailleurs qu’elle avait d’excellente notes.

Quelques années plus tard je l’ai croisé alors qu’elle se faisait draguer par des voyous qui avaient l’air de penser que parce qu’elle était rasta elle était comme eux. Et c’est là le noeud du problème, les rastas sont assimilé à des voyous, par la société et par les voyous eux mêmes.

Personnellement je vois plusieurs raisons à cela (mon développement est un peu long) Je précise avant de commencer que le rastafarisme vient de Jamaïque même s’il a des racines ethiopienne. Hailé Selassié est leur messie/Jah (pour plus de détail voir Wikipedia) et je suis en total désaccord avec cette philosophie qui prétends qu’il y aurait un dieu pour les blancs et un Dieu pour les noirs, pour moi il n’y a qu’un seul Dieu peu importe comment on l’appelle. Mais tout ça ne m’empêche pas d’avoir un avis objectif sur les rastas en Martinique…je crois.

Premièrement, dans 99,9% des cas les rastas fument de la marijuana, c’est tout simplement dans leur principes religieux, mais ça fait désordre. De plus les premiers rastas vivaient dans les bois, (certains y vivent toujours pour être plus proche de la nature) et d’après ce que j’ai compris ils ne se gênaient pas pour cueillir des fruits même si l’arbre appartenait à quelqu’un (c’est pas bien grave selon moi, mais ça a marqué les anciens comme mes parents qui ont eu du mal à comprendre que les gens qui faisaient ça considéraient que c’était un produit de la nature et que ça appartenait donc à tout le monde). Tout ça additionné à une coiffure peu conventionnelle les a rapidement marginalisé.

Puis est venu le reggae, une « musique de drogués », qui a malheureusement dérivé vers le reggae dancehall puis vers le raggamuffin, « musique de drogués sauvages ».
Pour vous donner une idée, ici les anciens voient le ragga comme les anciens voient le punk rock en Europe, d’ailleurs étymologiquement ça y ressemble vu que ça veut dire « hardes de bon à riens » ^^.
Plus jeune j’ai eu mon époque ragga mais comme le zouk ça m’est passé, j’ai fini par être lassée par la bêtise des textes. Le type de raggamuffin le plus populaire en Martinique ne parle principalement que de cul, de violence et de drogue, même s’il existe des artistes engagés ou plus romantiques. Je n’ai rien contre la musique en elle même, j’en ai écouté et j’en écoute quelque fois, mais je suis contre les messages que la majorité des toasteurs véhiculent par elle.

Après l’apparition du ragga et du rap, je ne sais pas comment il y a eu comme une expansion de la culture du ghetto, tout le monde veut faire ghetto, même si t’es un petit bourgeois tu veux faire ghetto, tu marche comme si tu avais une jambe de bois, tu parles en argot, tu t’énerves facilement… c’est la mode faut faire comme ça sinon tu fais chichiman ou macoumè (comprenez homo). Et c’est de pire en pire, il y a trois semaine j’ai failli me faire agressé par un gamin de 15ans parce que…j’ai pas bien compris en fait, je crois que je ne me suis pas poussé assez rapidement pour lui faire place à lui et les trois tonnes de chaînes en or qu’il portait au cou. Je fais la fière maintenant mais j’ai eu la peur de ma vie « Tuée par un mineur parce qu’elle bloquait le passage » cay pas très classe.

seanpaul1Un bourge qui fait du ragga et qui se la joue ghetto (ceci dit je l’aime bien)

Revenons à mon développement : Les jeunes voyous très friands de ragga (pour le côté violence, sexe drogue et « rock’n’roll ») ont commencé à porter les coiffures de leurs artistes préférés (jamaïcains et se disant rastas) c’est à dire des locks, des nattes et des tresses (ce que Sean Paul porte sur la photo), ce qui a rendu la société encore plus méfiante vis à vis des rastas et autres tréssés.

Pour ne rien arranger les voyous ou aspirants voyous ont commencés à se percer les oreilles et le nez, et à porter des tonnes de bijoux en or, parce que quand t’es mafia, t’as de l’argent (peu importe ce que tu fais pour en avoir) et tu peux t’acheter des bijoux pour montrer aux autres que tu en a.
C’est assez ironique de voir comme certains n’aiment pas les garçons à bijoux parce que ça fait homo et d’autres qui n’aiment pas pas parce que ça fait voyous.


Un petit exemple de ragga de chez moi avec des mecs de chez moi, j’en suis tellement fière… C’est en créole et j’ai pas vraiment envie de traduire, en gros c’est un hymne à la violence (ça commence par « Des gens vont mouriiiir ! » ça se poursuit avec des histoire de machette, de tête qui vont tomber ect…). Ce clip, tourné avec de vrais armes à ce qu’il parait, brille par son intelligence, et son engagement envers la jeunesse, j’apprécie particulièrement le passage où on voit un enfant tenir une arme à feu. J’ai vu ce clip pour la première fois chez un ami fan de ragga qui ne comprend pas toujours pas pourquoi ça me faisait honte quand il me déposait à l’arrêt de bus avec ce genre de musique à fond -_-

Ca c’est l’historique du truc, mais si on en vient à nos jours, les locks, nattes, tresses et boucles d’oreilles sont un phénomène de mode, les gars veulent toujours faire ghetto, ou « mafia » comme ils disent  avec leur coiffure. (je trouve ça ridicule comme expression), et les le diams à l’oreille ou au nez c’est juste stylé.
De nos jours il existe même des salons de coiffure spécialisés en locks et cheveux naturels qui propose de locker les cheveux et un entretien des locks qui donne un aspect plus « propre » et qui propose même des fausses locks que l’on peut garder jusqu’à un an (ça m’intéresse assez d’ailleurs mais ça doit coûter une fortune).

Miss Jamaïque 2007

De plus ces coiffures sont aussi un moyens de s’affirmer pour certains car on retrouve les locks/nattes un peu partout en Afrique ancienne et contemporaine, notamment en Egypte où les pharaon et leur faille en portaient. D’après ce que je sais on retrouve aussi des locks en Inde chez les ascètes et certains pratiquant du Bâul. Wikipedia dit d’autres chose mais l’article me semble fantaisiste.

C’est l’occasion ou jamais de vous faire découvrir le Bâul  qui fait parti de la tradition musicale bengali (Inde) pratiqué par une communauté de chanteurs itinérant. Voici une photo de Parvathy Bâul et un lien vers une vidéo où elle chante, c’est vraiment très profond comme musique.

Tout ça pour dire que les locks ne font pas le rasta, je ne crois pas que le rastafarisme prône la violence et assimiler les rastas à des voyous à cause de leur coiffure est injuste. En plus avec un peu de bonne volonté on arrive facilement à différencier un voyou, d’un rasta ou encore d’une victime de la mode.
Le proviseur pourra toujours se draper dans la laïcité pour se défendre puisque l’on a interdit tout signe religieux ostentatoire dans les établissements public..mais le rastafarisme n’est pas vraiment une religion alors ça revient à de la discrimination dans un établissement scolaire public et ça c’est très grave.

Voilà Voilà encore un article qui parle de cheveux, c’est quand même étrange comment chez nous le rapport aux cheveux est conflictuel.
Je vous laisse avec une touche musicale roots, You don’t Haffi Dread (To Be Rasta) de Morgan Heritage ne cherchez pas « haffi » dans un dico anglais, c’est du jamaïcain, j’ai traduit ça par Les dreadlocks ne font pas le rasta.

 

Bollywood encore et toujours décembre 17, 2008

Les films de Bollywood constituent certainement l’une de mes passions .

Alors une « petite » description s’impose.

Il faut d’abord préciser que Bollywood ne constitue pas l’industrie du film indien mais sa composante la plus populaire qui est basée dans la ville de Mumbai (ancienne Bombay). On distingue aussi le cinéma Tamoul, produit à Chennai (Koollywood), et Tollywood dans l’est de l’Inde. De plus il y a d’excellents films d’auteur.
Les films de Bollywood sont surtout des histoires romantiques, mais il y a aussi des films d’action,religieux, fantastiques ou comiques.On peut les comparer à des comédies musicales car il y a toujours des intermèdes musicaux et chorégraphiés qui s’intègrent parfaitement au scénario.

A la base se sont des films très pudiques, pas de scènes de sexe ou même de baiser pour certains. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont très appréciés dans les pays musulmans, même si quelques molha (molah ?) trouvent toujours  le moyen de critiquer. Mais cela change progressivement, le sexe est de moins en moins tabou à l’écran, même en dehors du mariage, l’adultère est mis en scène et dernièrement avec Dostana le thème de l’homosexualité est subtilement traité. C’est une chose qui m’a toujours étonné avec l’Inde, il y a beaucoup de tabous par rapport au sexe pourtant il y a quelques siècles c’était bien différent, le sexe était glorifié. Je ne dis pas que ce changement est une mauvaise chose mais il y a des excès… Par contre, je note que dans certains films si l’acte sexuel où les baisers (sur les lèvres) ne sont pas montrés, il y a des scène terriblement sensuelles où les acteurs montre vraiment tout le désir et la passion des personnages.

Généralement à Bollywood on est acteurs de père en fils et il est parfois difficile de percer dans cette industrie quand on ne vient pas de grande familles. Autre atout indispensable : la couleurs de peau, il faut qu’elle soit claire. Pour les actrices, on privilégiait aussi celles qui avaient des rondeurs mais avec la mondialisation le syndrome « skinny » commence à se manifester.

Petit point historique et culturel : à la base l’Inde était peuplée par les Dravidiens, peuple noir venu vraisemblablement du continent africain, puis ils ont été envahis par les Aryens peuple blanc. Les Aryens leurs ont imposé leur vision du monde afin de pouvoir les dominer. C’est de cette époque que vient le système de caste (aboli après l’indépendance de l’Inde en 1947). En hindi le mot pour caste et couleur le même « varna », donc les castes supérieures (les plus riches et influentes) sont les plus blanches, et plus on est foncé de peau moins on a d’importance sur l’échelle sociale. Les différentes invasions et dominations par des peuples blancs ont conforté l’idée que « blanc c’est mieux ». C’est encore valable de nos jours et c’est dit ouvertement.  J’avais une superbe tof qui résumait tout mais je ne la trouve plus >< elle représentait la population (très foncée) s’habritant sous un panneaux publicitaire représentant une actrice blanche comme un cachet d’aspirine (genre Preity Zinta) dommage…

indiadance

wblack_07_2311_430xx

medium_femme_indienne

Comparez ces photos, une jeune danseuse indienne et une femme plus âgée qui ne pourraient faire que de la figuration même si elles étaient talentieuses; d’un autre côté Preity Zinta une adorable actrice blanche à souhait que j’aime beaucoup mais qui n’était pas si talentieuse que ça à ses débuts. Même leur traits sont différent Preity à des trait plus caucasiens.


Je me suis mise à aimer Bollywood il y a quelque années de cela quand la chaînes Tempo (chaînes culturelle dans les DOM) s’était décidée à passer un film indien par mois après le phénomène Devdas.
Devdas c’est sans doute le film qui a révolutionné la vision des occidentaux sur bollywood. Avant Bollywood ce n’était que du kitsch à bas prix ainsi que de mauvais acteurs. Maintenant Bollywood c’est Shahrukh Khan ^^ Bah oui tout le monde aime Shahrukh Khan même moi (surtout moi) mais j’en reparlerai. Personnellement je n’ai vu Devdas que bien plus tard.

Pour ceux qui n’ont pas vu Devdas

A la base il s’agit d’un roman bengali publié en 1917 qui a eu un immense succès en Inde et qui a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques.
C’est l’histoire d’amour entre Devdas fils d’un riche propriétaire et Parvati sa voisine issue de l’union d’un homme riche et d’une danseuse (union quasi criminelle)
Donc nos deux tourtereaux ont pratiquement grandis ensemble et tombent amoureux très jeunes, quand le père de Devdas s’en aperçoit il l’envoie étudier à Londres afin de calmer ses ardeurs. A son retour en Inde il tente de reprendre son histoire avec Parvati mais la famille de Devdas s’y oppose. Par fierté Paro (Parvati) décide d’épouser un homme encore plus riche que Devdas qui lui, sombre dans l’alcoolisme et la déchéance en se réfugiant dans le bordel où réside une fameuse courtisane Chandramucki.

Voilà donc une magnifique histoire romantique et émouvante à souhait, qui a été reprise en 2002 par Sanjay Leela Bhansali avec Shahrukh Khan, Aishwarya Rai, et Madhuri Dixit dans les rôles principaux. C’est le film le plus cher de toute l’histoire de Bollywood (8 millions d’euros), et grâce à cela, et aussi au talent des acteurs et du réalisateur, il a réussi la où les autres films indiens avaient échoué : obtenir un succès populaire en dehors de l’Asie et du monde Arabe, nominé pour les oscar en 2003, et projetté au festival de Cannes.

Une révélation

Devdas a révélé aux occidentaux un Bollywood beau et passionnant mais il a aussi révélé le King Khan (Shahrukh Khan ou encore SRK) l’homme à la chevelure luxuriante et aux yeux de braise. Quand on voit ses yeux brillants de tristesse on a envie de pleurer nous aussi, quand ils pétillent de malice on ne peut s’empêcher de sourire ^^ Cet homme à un charisme exceptionnel et il captive les foules (féminines surtout) sans mal. Ojectivement il n’est pas si beau que ça mais il a un je ne sais quoi de captivant.

Il est né en 1965 dans une famille musulmane et en 1991 il épouse Gauri, une hindoue, malgré l’opposition de ses parents. C’est la base d’un scénar classique de bollywood : un musulman et une hindoue tombe amoureux mais les parents de la jeune fille s’opposent à leur union. Qu’est ce que c’est que ce musulman hirsute qui veut épouser leur fille ? Il ne partagent pas les même valeurs. (les paroles mêmes de SRK) Mais finalement après un stratagème mis en place par la tante de la jeune fille ils se marient et finissent par convaincre ses parents d’accepter leur union. Snif cay beau.

Il est l’un des acteurs les plus influent à bollywood, mais il est aussi producteur de films et de spectacles et présentateur à ses heures (Qui veut gagner des millions? et Etes vous plus fort qu’un élève de 10 ans? ). Il a été ordonné officier des arts et des lettres  et a sa statue au musée Grevin (la réconnaissance française est bel et bien là)

C’est l’un de mes acteurs préférés, sa meilleure partenaire à l’écran est sans hésitation la pétillante Kajol que j’aime à la folie, malheureusement son mari, jaloux de leur alchimie à l’écran, s’oppose à ce qu’elle joue de nouveau avec lui.

sharukh-khan

Je dois dire que niveau bollywood je suis plutôt old school (une old school qui date d’il y a à peine 10ans XD), je préfère le bollywood de la fin des années 90 et les acteurs qui vont avec : Shahrukh Khan, Kajol, Rani Mukherjee, Saif Ali Khan, Preity zinta, Madhuri Dixit,Abhishek Bachchan, Shahid Kapoor, Aamir khan et j’ai une affection toute particulière pour Jaya Bachchan (elle me fait penser à ma maman).
Bollywood est en train de s’ hollywoodiser à une vitesse folle, les actrices sont plus des mannequin que des actrices, il y a de plus en plus de pseudo-films d’action (ça pète de tout les côté, et il y a des grosses cylindrés partout)  et il y a de moins en moins de pudeur (oui le côté pur des relations me plaisait, j’aime le mielleux ^^) Heureusement il y a toujours de petite perles ça et là.
Parmis les petits jeunes j’aime bien : Konkona Sen Sharma, Kunal Kapoor et Amrita Rao.

jayabachchan-1b-1_1186925128Jaya Bachchan

Mes indispensables

Il y a un peu de tout là, mais surtout du romantique, ils sont classé par ordre alphabétique car impossible d’établir un ordre de préférences satisfaisant et il y a beaucoup de films de Shahrukh Khan). Les rouges ont une thématique romantique dramatique, les roses sont les romantique légers, les bleus sont plus sérieux… *se demande dans quoi elle doit placer Paheli -_-; * On va dire que les autres sont en gris…

  • Devdas : Shahrukh Khan, Aishwarya Rai, Madhuri Dixit, Kiron Kher
  • Fanaa : Kajol, Amhir Khan (sujet : terrorisme et amour )
  • Kabhi Alvida Naa Kehna : Amitabh Bachchan, Shahrukh Khan, Rani Mukherjee, Preity Zinta, Abhishek Bachchan, Kiron Kher. (sujet : l’adultère)
  • Kabhi Khushi Kabhie Gham aka La Famille indienne : Shahrukh Khan, Kajol, Amitabh Bachchan, Jaya Bachchan, Hrithik Roshan, Kareena Kapoor (sujet : une jeune homme tombe amoureux d’une fille d’un rang inférieur)
  • Kal Ho Naa Ho aka New-York Masala: Shahrukh Khan, Preity Zinta, Saif Ali Khan,Jaya Bachchan (sujet : Neina est une jeune américaine d’origine indienne studieuse et un peu tristounette jusqu’à ce qu’lle croise la route d’Aman malheureusement celui-ci cache un lourd secret)
  • Baabul : Rani Mukherjee, Salman Khan, Amitabh Bachchan, John abraham (sujet : en Inde une femme devait  être bruler vive avec son époux si celui-ci meurt, cette tradition n’a plus court mais que devient la veuve de nos jours ?)

  • Dilwale Dulhania Le Jayenge : Shahrukh Khan, Kajol (sujet : Lors d’un voyage en Europe un jeune casanova tombe amoureux d’une fille promise à un autre)
  • Jab We Met : Shahid Kapoor, Kareena Kapoor ( sujet : Deux étrangers se rencontrent dans le train lors d’un arrêt ils ratent leur train et se retrouvent obligés de passer quelques jours ensemble )
  • Kuch Kuch Hota Hai : Shahrukh Khan, Kajol,Rani Mukherjee, Salman Khan (Anjali et Rahul sont les meilleurs amis du monde, mais Anjali tombe amoureuse de Rahul, qui lui décide de se marier avec une autre)

  • Om Shanti OmShahrukh Khan, Deepika Padukone, Shreyas Talpade, Kiron Kher (sujet : Om tombe amoureux de Shanti mais elle se fait assassiner, dans sa seconde vie Om venge ce meutre, dramatique mais traité d’une façon légère)
  • Guru : Abhishek Bachchan, Aishwarya Rai (sujet : l’histoire vrai de l’ascension fulgurante d’une jeune indien d’origine modeste) voir le post « Guru »
  • Le mariage des moussons de Mira Nair (c’est pas un Bollywood mais j’aime beaucoup : une jeune fille doit se marier mais elle n’est plus vierge, elle a coucher avec le seul homme qu’elle aime mais qui lui n’en a rien à faire)
  • Raincoat : Aishwarya Rai, Ajay Devgan (pas un Bollywood non plus: une jeune fille délaisse son amoureux afin de se marier avec un homme riche, des années plus tard il se retrouvent en essayant de se convaincre l’un l’autre que leur vie est parfaite)
  • Swades : Shahrukh Khan et Gayatri Joshi (sujet : un ingénieur de la NASA d’origine indienne, revient au pays pour un bref séjour, il y découvre la pauvreté et l’immobilisme des autorités faces à la détresse des plus démunis)
  • Aaja Nachle : Madhuri Dixit, Akshaye Khanna, Konkona Sen Sharma, Kunal Kapoor (sujet : une danseuse revient dans son village natal après bien des malheurs et décide faire revivre son théatre qui est voué à la démolition)
  • Bunty aur Babli ; Rani Mukherjee, Abhishek Bachchan, Amitabh Bachchan (sujet :Une jeune femme et un jeunes homme s’enfuit de chez eux pour trouver gloire et fortune, au bout d’un certains nombre de péripétie il dviennent les Bonnie & Clyde Indien, plutôt comique)
  • Laaga Chunari Mein Daag : Abhishek Bachchan, Rani Mukherjee, Konkona Sen Sharma, Kunal Kapoor, Jaya Bachchan (sujet : une jeune fille sombre dans la prostitution pour aider ses parents, dramatique mais leger à la fois)
  • Paheli : Shahrukh Khan, Rani Mukherjee (sujet : un fantôme tombe amoureux d’une vivante et prend la place de son mari, une histoire tout simplement bizarre)


Pour finir voici un site ou l’on trouve les BO des films et de la musique indienne